Index du Forum
IDENTIFICATION SERVEUR : 10.14.20.159 - CLIENT : 3.94.21.209

 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

"Ni aube ni crépuscule" par Madeleine Hodé

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> DIVERS...MAIS TOUJOURS EN RELATION AVEC APPLE!
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Nicole-Sylvie Bréaud



Inscrit le: 07 Avr 2012
Messages: 25
Localisation: Mesquer

MessagePosté le: Dim 13 Mai 2012, 13:47    Sujet du message: "Ni aube ni crépuscule" par Madeleine Hodé Répondre en citant

Nicole
Je me suis levé la peau pour écrire ce beau texte, J’espère que ça se voit.

Si tu veux tu peux le mettre sur le forum d’Antoine. En expliquant que nous, les pionniers, pourrions (éventuellement sur le forum) témoigner des mille modifications que l’informatique a apportées à notre univers. Ou peut-être offrir notre concours à un prof de sociologie qui donnerait ce sujet de thèse à un étudiant.


Ni aube, ni crépuscule.


L’entrée dans le monde nouveau est instantanée.
Hier était différent, nous ne le savons plus, nous sommes aujourd’hui.

On sonne chez moi pour me livrer mon premier ordinateur, j’éteins la télé qui diffuse le mariage du prince Charles et de Lady Diana. C’était le 29 juillet 1981. Apple II. Le traitement de texte était «Apple writer».

Jusqu’à cette époque, le texte qu’on écrivait était figé aussitôt qu’écrit.
Si c’était un texte élaboré, qui devait être précis, clair, voire élégant, on reprenait le premier jet, on le mettait au point à coup de ratures et de surcharges. Pour déplacer une phrase, on l’entourait d’un trait qu’on prolongeait en pointe de flèche jusqu’au nouvel emplacement.

Quand on se relisait, il fallait sauter les mots barrés, suivre les flèches, attraper les surcharges au-dessus ou au-dessous de la ligne. Astreint à cette gymnastique, on jugeait difficilement ce que l’on avait écrit. Le texte était haché, bégayé. On n’était pas certain d’avoir été ni précis, ni clair, ni élégant..
On reprenait pied quand le texte revenait du bureau de la dactylo.

Une personne avait «rédigé» (écrivain, rédacteur de ministère, cadre administratif), une autre avait «mis au propre» (la secrétaire, le «pull dactylographique»).

Lisant son texte «au propre», le rédacteur en prenait une juste appréhension. Ce qui l’incitait généralement à se remettre au boulot, avec son petit stylo, avec ses petites surcharges, ses petites flèches et ses petites ratures. On retapait et on recorrigeait jusqu’à ce que le texte donne enfin pleinement satisfaction au rédacteur, au chef, à l’auteur, à l’éditeur, à tout le monde.
Dès qu’on modifiait une phrase, la page risquait d’être allongée ou raccourcie, et de décaler toutes les pages suivantes, qu’il fallait de nouveau dactylographier. Naturellement, la dactylo ne voyait aucun inconvénient à tout retaper, une fois, deux fois, n fois. Habile navigatrice, elle évoluait entre les flèches, les ratures, les surcharges, elle tapait en pensant à autre chose, sans se biler, sans se tromper, toute la journée, c’était son travail.

Proust raffinait sur la technique : il écrivait ses corrections sur des lanières de papier qu’il collait sur son manuscrit. Balzac, mort avant l’arrivée de la machine à écrire, corrigeait sur les épreuves de son imprimeur, qui devait refaire la composition, et dont le bénéfice fondait à mesure que le roman s’améliorait.

Nous qui avons vécu cela, nous n’y pensons plus. Les touches du clavier sont douces, le texte affiché se travaille et se modèle indéfiniment, il ne garde aucune cicatrice, aucune trace de ses versions passées, toutes les ressources de la typographie sont disponibles, tout est en permanence «au propre».

L’informatique donne une maîtrise, une souplesse, une mobilité dont on n’avait pas idée il y a trente ans. Il est maintenant banal d’accéder directement à l’information. Au moindre doute, à la moindre curiosité, on est sur le Net pour retrouver, vérifier, préciser, développer, approfondir. On écoute, on regarde un enregistrement, un différé, on saute plus loin, on retourne en arrière, on sort, on pourra revenir.

La pierre taillée a donné un outil à la main, l’informatique donne un outil à l’esprit,
Un outil pour la création, un outil pour l’information, pour la communication, pour l’analyse, pour l’étude, pour l’agrégation sur Internet de milliers de sociétés, grandes ou petites, vouées à des milliers de projets et d’actions.

La main s’est enrichie du poids et du tranchant de la pierre. L’usage des outils a modifié notre gestuelle au long des millénaires. Non seulement notre gestuelle mais notre créativité, notre potentiel.

Notre esprit s’enrichit de la puissance et de la souplesse de l’informatique. En quelques dizaines d’années, sur tous les continents, pour l’individu, pour la société, l’usage multiforme de l’informatique a modifié et continue de modifier notre esprit.

Profondément, définitivement.
Nous ne sommes plus les mêmes.

Madeleine Hodé
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> DIVERS...MAIS TOUJOURS EN RELATION AVEC APPLE! Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com